Politique

Politique

Le 24 juin 2013, l'Eurocorps nous a invités pour un petit déjeuner au Club de la Presse à la Place Kléber. La raison était la prochaine cérémonie de passation de commandement de l'Eurocorps, vendredi 28 Juin à la Place de la République à Strasbourg.

 Colonel Bruno Louisfert nous a fait l'honneur de présenter la structure de l’Eurocorps ainsi que ses nouveaux développements. Louisfert – porte-parole de l’Eurocorps – a été promu la semaine suivante, quittant Strasbourg pour Paris en qualité de chef du SIRPAT.

Pour en apprendre plus sur l'Eurocorps et la vie quotidienne d'un colonel du corps, écoutez le podcast.

 

Am 24.Juni hat das Eurocorps zum Frühstück im Club de la Presse am Place Kléber eingeladen. Der Grund: die anstehende Zeremonie der Kommandoübergabe des Eurocrops, am Freitag, den 28. Juni von 10 bis 11 Uhr am Place de la République in Strasbourg.

 Oberst Bruno Louisfert erwies uns an jenem Tag die Ehre, uns die Struktur des Eurocorps und dessen zukünftige Entwicklungen vorzustellen.  Da Louisfert diese Woche sein Amt als Pressesprecher abgibt um in Paris seinen Sitz bei SIRPAT anzutreten, habe ich diese Gelegenheit genutzt, ihn zu interviewen.

Wenn ihr mehr über das Eurocorps erfahren wollt, hört euch den Podcast an.

Page 4 sur 6 : page précédente |  1  2  3  4  5  6   | page suivante

Hubert Védrine s'exprime sur la révolution du Jasmin

Alors que la France, après avoir proposé ses services de sécurité à la Tunisie via son Ministère des Affaires Etrangères, se défend aujourd'hui sous couvert de non ingérence dans les anciennes colonies, de son attitude envers la situation en Tunisie, l'Union européenne s'est exprimée à travers Catherine Ashton, haute représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et Stefan Füle, commissaire chargé de la politique de voisinage. Ils condamnent tous deux les répressions et soutiennent des élections libres dans le pays.

ReD s'interroge, dans ce contxte, sur l'attitude de l'Europe face à la révolution du Jasmin. Eléments de réponse avec une analyse d'Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères.

Interview et montage : Lucie Dupin

Au sujet des réactions européennes face aux événements en Tunisie, retrouvez ici une analyse de Café Babel Strasbourg en direct du Parlement européen


Podcasts :

Hubert Védrine s'exprime sur la révolution du Jasmin
Lire le podcast
Télécharger le podcast
Alors que la France, après avoir proposé ses services de sécurité à la Tunisie via son Ministère des Affaires Etrangères, se défend aujourd'hui sous couvert de non ingérence dans les anciennes colonies, de son attitude envers la situation en Tunisie, l'Union européenne s'est exprimée à travers Catherine Ashton, haute représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et Stefan Füle, commissaire chargé de la politique de voisinage. Ils condamnent tous deux les répressions et soutiennent des élections libres dans le pays. ReD s'interroge, dans ce contxte, sur l'attitude de l'Europe face à la révolution du Jasmin. Eléments de réponse avec une analyse d'Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères

 

Catherine Trautmann, l'Europe et le franco-allemand

Alors que Frédéric Mitterrand a annoncé avoir exclu du recueil des célébrations 2011 l’écrivain Louis-Ferdinand Céline, ReD a rencontré lors d’un colloque franco allemand, la députée européenne, ancienne maire de Strasbourg et ministre de la culture, Catherine Trautmann à l’initiative, en 1998, du Haut Comité des Célébrations Nationales. Entre commémoration, souvenir, célébration, réactions de Catherine Trautmann.

Interview et montage : Lucie Dupin


Podcasts :

Catherine Trautmann, l'Europe et le franco allemand
Lire le podcast
Télécharger le podcast
Alors que Frédéric Mitterrand a annoncé avoir exclu du recueil des célébrations 2011 l?écrivain Louis-Ferdinand Céline, ReD a rencontré lors d?un colloque franco allemand, la députée européenne, ancienne maire de Strasbourg et ministre de la culture, Catherine Trautmann à l?initiative, en 1998, du Haut Comité des Célébrations Nationales. Entre commémoration, souvenir, célébration, réactions de Catherine Trautmann

 

L'Eurodistrict en 2011, les voeux de Roland Ries

La constitution de l'Eurodistrict en GECT, Groupement Européen de Coopération Territoriale, a ponctué l'année 2010 dans les étapes de la construction de cet espace transfrontalier Strasbourg-Ortenau.

Parfois critiqué, souvent méconnu, l'Eurodistrict doit encore consolider sa place et son assise. Quelles perspectives d'avenir pour 2011 ? Entretien avec Roland Ries, sénateur-maire de Strasbourg, président de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau.

 

Interview et montage : Lucie Dupin


Podcasts :

L'Eurodistrict en 2011, les voeux de Roland Ries
Lire le podcast
Télécharger le podcast
La constitution de l'Eurodistrict en GECT, Groupement Européen de Coopération Territoriale, a ponctué l'année 2010 dans les étapes de la construction de cet espace transfrontalier Strasbourg-Ortenau. Parfois critiqué, souvent méconnu, l'Eurodistrict doit encore consolider sa place et son assise. Quelles perspectives d'avenir pour 2011 ? Entretien avec Roland Ries, sénateur-maire de Strasbourg, président de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau

 

Werner Hoyer, ministre d'Etat aux affaires étrangères

Werner Hoyer, ministre d'Etat aux affaires étrangères et à la coopération franco-allemande, a représenté l'Etat fédéral allemand dans la signature de la convention de la région métropolitaine trinationale du Rhin supérieur le 09 décembre dernier à Offenbourg.

Occasion pour ReD d'aborder avec Werner Hoyer la coopération franco-allemande par le prisme local.

Pour faciliter le suivi de l'interview, des éléments non-exhaustifs de traduction sont proposés ci-dessous
Interview, montage, traduction et photo : Lucie Dupin

 

Sur le même thème, voir aussi :

La région métropolitaine du Rhin supérieur trouve corps

 

 


 

Werner Hoyer, ministre d’Etat aux affaires étrangères et à la coopération franco-allemande

 

Il s’agit d’un exemple de coopération transfrontalière trinationale avec un Etat comme la Suisse non membre de l’Union européenne, dans une région qui s’est considérablement développé au cours des dernières années et autour de laquelle les frontières ne sont plus une question sensible. Mais aussi dans une région où, d’un point de vue pratique, il y a encore beaucoup à faire, notamment dans la coordination des systèmes administratifs.

Nous avons ici une région on ne peut plus dynamique et économiquement puissante tournée vers des perspectives d’avenir encourageantes.

 

--

Je me réjouis de la coopération avec Laurent Wauquiez, nous nous sommes rencontrés très rapidement après sa nomination. Il a une personnalité non seulement à vocation européenne, mais est aussi très bien préparé à son rôle franco-allemand et connaît les différences à connaître entre la France et l’Allemagne quand l’on souhaite apporter une contribution constructive au travail commun.

Le travail entrepris avec son prédécesseur Pierre Lellouche dans le domaine du franco-allemand sera poursuivi, notamment à travers l’approfondissement de l’agenda franco-allemand 2020.

 

--

A travers des exemples concrets et pratiques du transfrontalier au quotidien déjà expérimentés dans la région, il faudrait maintenant en faire un modèle pour toute l’Europe.

 

--

Les Eurodistricts de cette région sont particuliers et jouent un rôle important. Nous avons une diversité de formes de coopérations transfrontalières et l’on doit prendre garde à ne pas tout mélanger et travailler en doublon inutilement. Il faut au contraire veiller à être complémentaire.

 

--

C’est vrai qu’une région dans laquelle le passé, le présent et le futur sont si imbriqués ne fonctionne peut-être pas toujours comme on pourrait le penser, ce que je ne voudrais pas juger d’un point de vue berlinois (ndlr : fédéral). Mais il s’agit d’une bonne occasion de voir ce qu’il y a encore à faire. Ceci doit venir de la région elle-même et d’après ce que j’ai entendu aujourd’hui des représentants de cet espace, la bonne volonté et la disposition sont présents.

 

--

Laurent Wauquiez a certes parfaitement l’ambition européenne et franco-allemande. Mais déjà dans les années 1990, des personnalités comme Michel Barnier et Pierre Moscovici ou encore plus tard Bruno Lemaire et plus récemment Pierre Lellouche ont occupé ce poste. Les présidents français ont eu une capacité extraordinaire à nommer les bonnes personnes à ce poste franco-allemand très sensible.


Podcasts :

Interview de Werner Hoyer, ministre d'Etat aux affaires étrangères et à la coopération franco-allemande
Lire le podcast
Télécharger le podcast
ReD s'est entretenu avec Werner Hoyer, ministre d'Etat aux affaires européennes et à la coopération franco-allemande. Occasion d'aborder le franco-allemand par le prisme local.

 

La Région métropolitaine du Rhin supérieur trouve corps

35 ans après l’accord de Bonn et l’institutionnalisation de la coopération trinationale entre les territoires suisse allemand et français du Rhin supérieur, la région métropolitaine trinationale du Rhin supérieur a été actée le 09 décembre dernier à Offenbourg.

 

Espace géographique de 21 500 km2 entre l’Alsace, les Länder allemands du Bade-Wurtemberg et de Rhénanie Palatinat* ainsi que des cantons suisses Bâle-ville et Bâle-Campagne, la région métropolitaine trinationale du Rhin supérieur (RMT) se décrit comme un concept visant à fédérer les initiatives de coopérations transfrontalières.

Riche d’un héritage historique rhénan et d’une forte identité culturelle autour du fleuve, ce territoire de ne se substitue pas à l’institution de la Conférence du Rhin supérieur. La RMT se veut au contraire être une image de marque pour valoriser les initiatives de coopération et initier un nouveau mode de gouvernance à l’échelle transfrontalière.
Constituée autour d’un réseau maillé de plusieurs pôles urbains, la RMT ne se structure pas sur l’appui d’une ville aspirante et tire les avantages du rayonnement des villes de Bâle, Fribourg, Karlsruhe ou encore Strasbourg.

 

Une Europe à l’échelle régionale

 

Le fort potentiel industriel et créatif de la RMT passe par la mise en réseau des pôles d’excellence. Qu’il s’agisse de la recherche, de l’innovation ou de la formation, des liens sont en effet déjà noués à travers les clusters transfrontaliers. Effacer les entraves à la coopération et doter le territoire d’une forte attractivité, ce sont les objectifs affichés pour faire de la RMT un laboratoire expérimental d’une Europe au cœur des régions. L’éditeur Hubert Burda a rappelé à cette occasion le positionnement dynamique des clusters dans les domaines de l’information et de la communication, de la médecine et de la pharmacie, de l’économie des loisirs ou encore de l’environnement et ne peut qu’encourager leur essor.
La région métropolitaine trinationale du Rhin supérieur est ainsi en phase de se positionner comme un projet pilote pour accompagner la stratégie 2020 de l’Union européenne et la compétitivité de ses territoires.

 

Impliquer la société civile

 

La facette économie joue ainsi pour une bonne part dans l’attractivité de la RMT, mais pas seulement. Le développement de ce territoire s’appuie sur quatre piliers : économie, politique, science et université et société civile. La configuration actuelle tendrait à faire évoluer ces quatre piliers par secteurs distincts alors que tout l’enjeu résiderait peut-être dans le décloisonnement de ces secteurs pour une RMT palpable et visible.

Si les élus et représentants présents lors de la convention ont tous insisté sur l’implication de la société civile dans le projet, l’enjeu réside en effet sur le potentiel de participation citoyenne des 6 millions d’habitants transfrontaliers que compte la RMT.

Des citoyens pour qui les échelles de représentation risquent d’être modifiées. Ceux-ci éprouvent déjà des difficultés à s’approprier l’enjeu d’une Europe locale au niveau des Eurodistricts. Serait-ce plus visible à l’échelle d’une région trinationale ?

 

Texte, sons, photos : L.D

 

* pour le Land de Bade-Wurtemberg, le territoire des régions du Mittlerer Oberrhein et du Südlicher Oberrhein, et le district de Lörrach; pour le Land de Rhénanie-Palatinat, le territoire de la région Südpfalz de l’époque de l'accord de Bonn

 

Des Forums citoyens sont organisés dans la RMT pour impliquer la sociiété  civile. Prochaines dates: 22 janvier à Karlsruhe / 21 mai à Bâle

Sur le même sujet voir aussi :

Des clusters transfrontaliers au service de l'économie


Podcasts :

La place de la Suisse dans la région métropolitaine trinationale du Rhin supérieur
Lire le podcast
Télécharger le podcast
Quelle place pour la Suisse dans une région métropolitaine trinationale baignée par l'Union européenne ? Entretien avec Peter Maurer, secrétaire d'Etat du département fédéral suisse des affaires étrangères.

 

Philippe Richert, ministre auprès du ministre de l'intérieur

Philippe Richert lors des élections régionales de mars 2010. Photo: Aude ForestierTrente ministres et secrétaires d'Etat pour la nouvelle équipe gouvernementale désignée ce jour par Nicolas Sarkozy, sur proposition de son Premier ministre François Fillon

Philippe Richert, président de la région Alsace depuis mars 2010, ancien président du Conseil général du Bas-Rhin, fait son entrée au gouvernement en tant que ministre auprès du ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, chargé des collectivités territoriales. Ancien professeur de sciences naturelles, Philippe Richert a présidé la commission de l'environnement et du développement local du Conseil régional dans les années 1990 lorsqu'il était conseiller régional.

La nomination du président de la région Alsace au gouvernement devient incompatible avec son siège de sénateur du Bas-Rhin occupé depuis 1992.

 


 

Castor est passé par ici, il passera par là

Le train Castor transporant 123 tonnes de déchets nucléaires voyage depuis vendredi entre France et Allemagne. Les militants écologistes retardent régulièrement son trajet. Dannenberg, son terminus n'est pas encore atteint, les derniers kilomètres en Allemagne se transforment en affrontement entre forces de l'ordre et opposants au nucléaire. Un convoi qui se déroule dans un contexte exacerbé en Allemagne alors que le gouvernement vient de décider la prolongation de la durée de vie de 12 ans pour 17 centrales nucléaires.

Hier après-midi, le train Castor a franchi la frontière franco-allemande à Kehl après plus ou moins de discrétion, les militants l'attendaient plus au Nord.

Klaus Freudenberger, engagé dans l'association Bürgerinitiative für Umweltschutz Kehl, était sur place au passage du train, une halte qui s'est déroulée dans le calme selon ce témoin.

Interview Lucie Dupin


Podcasts :

Castor Zug in Kehl
Lire le podcast
Télécharger le podcast
Le convoi de déchets nucléaires traverse la France et l'Allemagne par le train. Son voyage est ralenti par les militants écologistes. Un témoin raconte le passage du convoi en gare de Kehl.

 

Comment fonctionne une séance plénière au Conseil général ?

Matin d’octobre. Strasbourg s’anime sous la brume, les conseillers généraux se préparent à l’assemblée plénière. La séance est publique, les Bas-Rhinois sont invités à observer les rouages de la démocratie locale en direct. Au programme des débats, les nouvelles orientations budgétaires pour 2011 dans le contexte d’une perspective de sortie de crise.

Austérité et modernité

 

Atteindre la salle où siège l’assemblée à l’hôtel du département, c’est tout d’abord se familiariser avec un bâtiment dont l’architecture donne l’impression d’une longueur extensible à l’infini. Des dizaines de mètres séparent l’entrée du public à la salle du Conseil, le long d’un couloir orné de grès des Vosges.

Finalement, on pousse la porte pour découvrir cette assemblée plénière. Cette salle ne vient pas compléter la liste des tribunes circulaires strasbourgeoises, qu’il s’agisse de la plus impressionnante, l’hémicycle du Parlement européen, ou de la plus intimiste, l’hémicycle de l’Hôtel de la région Alsace.
Une lignée de bureaux composée en matières nobles et robustes, bois et pierre, disposée en U, accueille les conseillers généraux.
Deux tribunes se font face, celle du président et de ses vices présidents, et celle de la presse, rehaussée par une plaque de plexi. A quelle espèce de protection ces armures transparentes sont-elles vouées ? Quel spectacle est donc donné à voir, confortablement installé derrière ce parapet ? Des joutes ? Oui. Oratoires du moins, la séance en offre de beaux spécimens.

 

Théâtre de la démocratie locale

 

La moyenne d’âge des conseillers généraux atteint généreusement la quarantaine. Ces élus prennent place en respectant géographiquement leur orientation politique. A la droite du président de l’Assemblée, la tribune de la majorité, à sa gauche, l’opposition. Tous s’attendent à une journée de séance longue. Le président annonce déjà que les votes auront lieu dans l’après-midi à l’issue des débats. A l’ordre du jour, les orientations du budget pour 2011, la fiscalité, l’habitat, l’aménagement du territoire, la formation, l’emploi, la solidarité. Autant d’axes d’orientation pour lesquels majorité et opposition ont leurs dossiers à défendre lors de tours de prises de parole parfois agités.

 

Orientations

 

La présidence de l’Assemblée rappelle en début de séance l’engagement du Conseil général dans la gestion de la crise. Le Bas-Rhin semble en effet être l’un des départements qui a su le plus vite se relever. Gestion du budget mais aussi engagement de compétences au-delà des compétences obligatoires seraient les raisons de la situation actuelle. Parmi les compétences non obligatoires pour lesquelles le département souhaite s’impliquer, le logement social et l’amélioration de l’habitat. Voilà l’un des points débattu dans cette session d’octobre, traditionnellement destinée à l’orientation budgétaire pour l’année à venir.

 

La prochaine séance plénière aura lieu le 13 et le 14 décembre prochains sur le vote du budget

 

 

Au sujet du logement social, écoutez le président du Conseil général du Bas-Rhin, Monsieur Guy-Dominique Kennel au micro de ReD en septembre dernier.


Podcasts :

Guy-Dominique Kennel
Lire le podcast
Télécharger le podcast
L'Assemblée plénière du Conseil général du Bas-Rhin s'est réunie pour sa session d'octobre. ReD était présent. Découvrez le reportage

 

L'Ena à Strasbourg, une ambition européenne

Rue Sainte Marguerite à Strasbourg, c’est ici que sont formés les futurs hauts administrateurs du pays. Quels avantages l’Ecole nationale d’administration tire-t-elle de sa localisation ? Quelle ambition franco-allemande affiche-t-elle dans une telle région frontalière ?

ReD a mené l’enquête.

Interviews et montage: Lucie Dupin.

Photo: Ena.

 


Rue Sainte-Marguerite in Straβburg. Hier wird die Elite des französischen Staates ausgebildet. Welche Vorteile zieht die Ecole nationale d’administration, kurz: ENA, aus ihrer Lage in der europäischen Hauptstadt? Welche deutsch-französischen Ambitionen hat sie in dieser grenzüberschreitenden Region?

ReD wollte das herausfinden und hat sich erkundigt.

Interviews und Bearbeitung: Lucie Dupin.

Foto: Ena.

 


Podcasts :

L'ENA à Strasbourg
Lire le podcast
Télécharger le podcast
Rue Sainte Marguerite à Strasbourg, c?est ici que sont formés les futurs hauts administrateurs du pays. Quels avantages l?Ecole nationale d?administration tire-t-elle de sa localisation ? Quelle ambition franco-allemande affiche-t-elle dans une telle région frontalière ? ReD a mené l?enquête.

 

Marcus Obrecht à l'Eurodistrict

Marcus Obrecht, 42 ans, est devenu le premier Secrétaire Général de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau. Depuis le 2 août, il occupe son bureau provisoire à la Communauté Urbaine de Strasbourg (CUS). Il déménagera bientôt à Kehl avec ses quatre collaborateurs des deux pays. Pour cet universitaire, l'avenir de l'Europe se joue d'abord au niveau des citoyens. Portrait.

Auteur: Charlotte Stiévenard

 


Marcus Obrecht ist mit 42 Jahren der erste Generalsekretär des Eurodistricts Straßburg-Ortenau geworden. Seit den 2. August arbeitet er in seinem provisorischen Büro in der CUS von Straßburg. Danach wird er mit seinen vier binationalen Mitarbeitern nach Kehl umziehen. Für den Akademiker muss das zukünftige Europa bürgernah sein. Ein Portrait.

Autor: Charlotte Stiévenard

 


Podcasts :

Marcus Obrecht à l'Eurodistrict
Lire le podcast
Télécharger le podcast
Marcus Obrecht, nouveau secrétaire général de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau a pris ses fonctions lundi 2 août. / Marcus Obrecht, der neue Generalsekretär des Eurodistricts Straßburg-Ortenau, hat am Montag, den 2. August sein Amt übernommen.

 

Page 4 sur 6 : page précédente |  1  2  3  4  5  6   | page suivante