Maxim Nikouline, directeur de cirque russe

ReD regarde vers l'Est avec cette nouvelle rubrique tenue par Ievgeniia Razumkova, étudiante russophone ukrainienne à Strasbourg

Im Rahmen einer neuen Rubrik blickt ReD nach Osten. Die russischsprachige Autorin Ievgeniia Razumkova kommt aus der Ukraine und studiert in Straßburg.

 

L’année croisée franco-russe 2010 met à l’ordre du jour la question de la valorisation de la culture slave notamment celle de la Russie. Et c’est le cirque Nikouline de Moscou qui vient rencontrer les Strasbourgeois à la veille de Nöel pour renouer avec les fils d’une culture délaissée depuis plusieurs décennies. ReD a saisi l’occasion de rencontrer le directeur du cirque, Maxim Nikouline

Interview et montage : Ievgeniia Razumkova

Photo: Crédit jean Pierre Jerva

Sur le même thème voir aussi :

Nikouline fait son cirque

 

 

 

 

 

 

 

 


 

DAVAÏ – aller relâcher ses émotions

« Le cirque doit réjouir, étonner, et un peut effrayer»

Youri Nikouline – Artiste du peuple de l'URSS

 

Tel un pont vers la culture du cirque russe, Nikouline installe son chapiteau au jardin des deux rives jusqu’au 5 décembre. Le programme Davaï ! souhaite offrir la tradition de l’authentique cirque de Moscou en Alsace.

DAVAÏ – dit « oui » à une expérience exceptionelle

L’histoire du cirque sur le Tsvetnoy Boulevard, a commencé il y a 130 ans et cette expérience de plusieurs années marque l’esprit du cirque Nikouline. Aujourd’hui le cirque de Moscou représente non seulement l’heritage séculaire mais également le mouvement assez moderne dans la culture russe. Le programme DAVAÏ ! a été spécialement mis en scène pour la tournée en France avec l’intégration des grandes troupes et des numéros primés dans les festivals internationaux, pour un résultat final éclectique. Pour Maxim Nikouline, directeure général du cirque de Moscou « chaque numéro du programme correspond aux étapes,aux tendances, et directions du dévéloppement du cirque.  Les clowns, c’est le cirque russe contemporaine alors qu’un trapèze volant constitue un numéro purement classique ».

A travers DAVAÏ !, il s’agit aussi de mettre en avant un professionnalisme de qualité au sein du cirque russe. La mise en scène, les costumes, la lumière, la musique ce sont les notions emblématiques. « La musique c’est quelque chose de très particulier. L’accompagnement musical est une œuvre originale créer spécialement pour chaque numèro. Dans la musique utilisée pour notre programme, vous n’entendrez pas uniquement les sons de la balalaïka ou des morceaux très folkloriques. C’est plutôt l’intégralité  de l’esprit musical russe », souligne Maxim Nikouline.

Le cirque Nikouline de Moscou peut se targuer de rassembler une diversité de genres et de techniques reconnus au niveau international à travers l’attribution de nombreux prix. Wuqiao, Paris, Varsovie et autant de prix distinctifs, pourtant « les artistes de cirque font leur travail d’un jour à l’autre et c’est vrai que ça fait plaisir d’être décoré mais le prix n'est pas une fin en soi. Ce qui est vraiment important pour l’artiste, c’est la réaction de la salle, des yeux de spectateur pétillants de bonheur et le courage »  avoue le meneur de la troupe, Maxim Nikouline.

DAVAÏ – formadable clôture ou démarrage ?

Alors que l’année France-Russie touche à sa fin, la halte du cirque Nikouline dans la capitale de l’Europe pourrait être vue, non pas comme un point d’orgue de clôture, mais comme une opportunité pour le cirque russe de conquérir son public en Europe.

 


Podcasts :

Maxim Nikouline, directeur du cirque russe
Lire le podcast
Télécharger le podcast
Pour sa nouvelle rubrique Blick nack Osten ReD a rencontré le directeur du cique Nikouline